Les gros nuisibles

Une liste d’animaux classés nuisibles permet chaque année la destruction d’espèces envahissantes, dangereuses pour la santé ou susceptibles de gêner l’agriculture. Elle émane du Ministère de la chasse qui fixe la liste des animaux susceptibles d’être classés comme nuisibles. Cette liste varie selon les besoins et les constatations émises par chaque département.

Un animal nuisible est caractérisé en fonction des dommages qu’il cause.

 

Nids de guêpes

Pourquoi s’en débarrasser ?

Quelques guêpes isolées ne sont guère dangereuses, mais abriter un nid entier de guêpes chez soi devient un danger potentiel, en raison du grand nombre de piqûres qui pourraient survenir et causer éventuellement une réaction allergique.

Si le nid est facilement accessible, vous pouvez vous en débarrasser vous-même, en prenant quelques précautions. Si le nid est dans la terre ou si la destruction nécessite que vous fassiez un peu d’alpinisme, mieux vaut la confier à des spécialistes (entreprise désinsectisation).

S’en débarrasser soi-même

Voici quelques conseils si vous souhaitez vous débarrasser d’un nid de guêpes :

Achetez une bombe insecticide spéciale pour nids de guêpes et frelons. Intervenez toujours la nuit, lorsque les guêpes dorment. Couvrez-vous au maximum (pantalon, manches longues, chapeau, gants…). N’oubliez pas le visage. Suivez à la lettre le mode d’emploi. Un seul traitement suffit la plupart du temps, mais si vous voyez encore des guêpes sortir du nid le lendemain, renouvelez le traitement.

Le nid lui-même peut rester en place ou être décroché : le même nid n’est jamais réutilisé deux fois.

 

À qui s’adresser pour détruire un nid de guêpes ? Pompiers

Normalement, les pompiers ne se dérangent plus pour détruire les nids de guêpes, mais quelques-uns le font encore. Vous pouvez téléphoner à votre mairie pour vous renseigner. Lorsque les pompiers se déplacent, l’intervention est généralement payante (de 25 à 60 €).

Entreprise de désinsectisation

Si les pompiers de votre localité n’interviennent, n’hésitez pas à faire appel à une entreprise de désinsectisation. Les professionnels auront recours à la méthode la plus appropriée pour votre nid : pulvérisation, nébulisation ou poudrage.

 

Frelon européen et frelon asiatique

Deux variétés principales de frelons se partagent l’Europe : le frelon européen et le frelon asiatique. Ils se distinguent nettement l’un de l’autre par leurs couleurs. Le frelon européen possède un abdomen entièrement rayé de jaune et de noir, tandis que le frelon asiatique dévoile un abdomen brun dont le quatrième segment est complètement jaune orangé. Les piqûres de ces deux variétés sont tout aussi dangereuses l’une que l’autre, mais le frelon asiatique fait preuve d’une plus grande agressivité que son cousin européen, notamment lorsque l’on s’approche de son nid. Se débarrasser d’un nid de frelons

Se débarrasser d’un nid de frelons n’est pas à la portée d’un particulier. Il faut en effet faire appel à un professionnel. Inutile d’appeler les pompiers, car si le nid de frelons n’est pas situé dans un lieu public, ils n’interviendront pas et vous dirigeront vers des sociétés privées. Vous en serez de votre poche pour l’intervention, avec, selon les conditions de votre contrat d’assurance, une possibilité de prise en charge si vous prouvez le danger imminent de cette présence à proximité de votre habitation. Certaines associations œuvrent pour la sauvegarde des insectes et peuvent vous proposer de délocaliser le nid. Vérifiez bien au préalable les aptitudes et les références des personnes qui vont réaliser l’opération. Dans tous les cas, au moment de l’enlèvement du nid, ni vous ni vos enfants ne devez-vous trouver à proximité, tout comme vous ne devez pas laisser ouvertes les fenêtres de votre domicile.

Une simple combinaison d’apiculteur ne suffit pas à vous protéger des frelons.

 

 

Rats

Les rongeurs représentent un véritable danger pour notre patrimoine, notre santé et nos industries.

Les souris, rats noirs et surmulots, comme tous les rongeurs, sont hypsodontes, c’est à dire que leurs incisives poussent continuellement (de 13 à 15 cm par an pour le rat noir), et pour limiter leur longueur, ils sont obligés de ronger sans cesse tout ce qui est à leur portée : câbles électriques, tuyaux, emballages, bois, cuivre, mortier… créant des dégâts considérables (court-circuit électrique, incendie, panne de machine…).

L’obligation de se protéger contre la présence d’insectes nuisibles et de rongeurs est définie dans les règlements sanitaires départementaux et la circulaire du 9 août 1978, articles 125.1 et 130.5.

Si le traitement du domaine public reste à la charge de la commune, la mairie n’a pas obligation de distribuer du raticide aux habitants, charge à eux d’assurer la salubrité de leurs habitations.

 

 

Chenilles processionnaires

Elles possèdent des poils urticants microscopiques en forme d’harpon qui provoquent des réactions cutanées importantes, boutons, démangeaisons, lésions oculaires et respiratoires

Des méthodes de luttes efficaces existent contre la chenille processionnaire du pin et du chêne. Quel est le contexte réglementaire de la lutte contre les chenilles processionnaires?

Il n’existe pas actuellement de réglementation nationale de lutte obligatoire.

Localement, la lutte contre l’insecte peut être imposée par arrêté préfectoral ou municipal.

Certaines villes ont pris conscience de l’impact de ce nuisible sur notre environnement et appliquent un arrêté municipal obligeant chaque année, avant la fin de la première quinzaine du mois de mars, les propriétaires ou les locataires à supprimer mécaniquement les cocons élaborés par les chenilles processionnaires du pin et à les incinérés ainsi qu’à un traitement annuel préventif à la formation de ces cocons avant la fin du mois de septembre sur les végétaux susceptibles d’être colonisés par les chenilles.

Les frais d’échenillages sont à la charge du locataire : Décret d’application

Ce décret est très explicite et indique clairement que les frais d’entretien du jardin sont à la charge du locataire.

Pour les traitements préventifs, le même décret s’applique, et donc la charge incombe au locataire et ce, quel que soit la taille de l’arbre.

Il est cependant nécessaire de préciser, qu’un grand nombre de propriétaire, prenne à leur charge tout ou partie du coût de la lutte contre les chenilles processionnaires et en particulier les traitements préventifs.

Ces traitements sont le plus souvent respectueux de l’environnement :

Échenillage : Couper les nids et brûler les cocons

Piégeage : Écopiège et piège à phéromone

Traitement biologique : Bacillus Thurengiensis.

Partager cette page sur :